Parfums-histoires, parfums-paysages, les parfums d’Anatole Lebreton sont l’expression d’une sensibilité éminemment singulière. Parfumeur autodidacte, il se tient à ‘écart des formule toutes faites, des archétypes. Il apporte un regard neuf. Sensible à la nature comme aux parfums vintage, il croise ces influences dans des récits olfactifs aux mille fulgurances.

Voici un très joli texte qu’il a écrit à propos de sa démarche :

Parfum de liberté

Des cinq sens, l’odorat est celui qui nous rapproche le plus de l’animal et de l’instinct. Sentir est un acte sauvage et libre, une manière de toucher le monde et d’être touché. L’art de sentir : un art un peu brut, barbare, jamais tout à fait apprivoisé. Et en même temps, sans parfum je suis nu et sans parure.

Je crée des parfums qui habillent et dévoilent à la fois, qui renouent avec le primitif et le charnel. J’aime que ce soit palpitant et émouvant, qu’il y ait du cœur, de la fantaisie, du mystère.

Mes parfums me ressemblent, ils vivent. Ils racontent des histoires et invitent à voyager, à revenir aux sources, aux sensations. Je les vois comme des paysages, ou des rêves éveillés. Créer, comme porter un parfum, c’est partir en voyage et explorer, être conquérant et être conquis. Se parfumer c’est avoir de l’imagination, c’est ce supplément olfactif qui fait que tout à coup la vie est enchantée.

Anatole Lebreton